Article de Daniel Kieffer

Clés essentielles à retenir en matière d’ alimentation. Avant toute chose s’assurer le cadre d’une « hygiène alimentaire » correcte, c’est à dire, selon notre expérience et à la lumière des meilleures confirmations cliniques, intégrant les « règles d’or » suivantes :

L’AMBIANCE :
L’impact du stress, via les altérations sournoises du système nerveux végétatif et du système endocrinien, nous semble le facteur prioritaire à considérer. Plaisir, calme et joie à table seul, ou en convivialité, sont des gages essentiels de bonne digestion et de bonne assimilation.
LA FRUGALITE :
Veiller à alléger quantitativement (d’une moyenne de 1/3 pour les individus possédant un sur-poids ou une pathologie de surcharge) les repas classiques ; ceci jusqu’à rétablir (ou découvrir) son réel poids de forme.
L’INDIVIDUALISATION :
Selon le « terrain », c’est à dire selon la vitalité disponible, l’âge, la constitution, le tempérament et la diathèse, le climat, l’état de santé, l’environnement psychoaffectif, etc, on devra orienter particulièrement, affiner, moduler la nutrition.
UNE LARGE PART DE « CRU » ET DE « FRAIS » :
Peu à peu, (selon tolérances digestives et force vitale disponible), et si possible en entrée.
LES PLUS « BIO » POSSIBLE, voire « BIODYNAMIQUES » :
En évitant toutes les formes de dénaturations chimiques, du sol à la table.
LES MOINS « RAFFINES » POSSIBLE :
Pour ne pas subir ces sources de dénaturations et de carences importantes.

En clair, cette alimentation saine devient alors une authentique ordonnance dans l’assiette, préventive comme auto-curative, pharmacodynamique comme aimait à le répéter le bon docteur Edmond Rostand.

Apports quotidiens idéaux :
Des légumes crus variés : au moins en entrée d’un des repas (salades, choux, fenouil, céleri; panais, radis rose ou noir, carottes, betterave rouge, navets …)
Des légumes cuits (selon appétit et climat), tels que haricots verts, fenouil, céleri, poireaux, potimarron, courges diverses, patates douces, …
Des fruits : au moins deux prises par jour (11 heures et 18 heures).
Des oléagineux (en en-cas, dans les salades, les desserts) tels que amandes, noix, pignons, cajou, tournesol, courge, …
Des protéines : poisson gras ou coquillages (huîtres de bonne origine) ou oeuf ou fromage (chèvre > brebis > vache), voire viande blanche biologique.
Quelques fromages frais (ou spécialité K-Philus +++) ou laitages si possible d’origine biodynamique. Eviter si allergies, intolérances ou suspicion en cas de pathologies infectieuses, inflammatoires, dermatologiques, auto-immunes, voire dégénératives …
Des céréales (complètes ou mi-complètes) selon climat et besoins caloriques, et en évitant les sources de gluten, surtout si intolérances suspectées. Préférer riz, millet, sarrasin, quinoa, maïs, teff, amarante, etc.
Des légumineuses : soit germées et en salade, soit pour remplacer une protéine animale, mais dans ce cas toujours en association avec
une céréales (3/4 céréale + 1/4 légumineuse)
Des fruits séchés (hiver, sportifs,…) : dattes, pruneaux, figues, bananes …
De l’huile vierge 1ère pression à froid : associer sur une base d’olive + colza ou noix, une portion de courge, chanvre, oeillette, … pour trois cuillères à soupe par jour, à utiliser crue
Des aromates (frais au possible) : persil, oignon, coriandre, aneth, estragon, romarin, curcuma, origan, cardamome, etc.
De l’eau très pure : 1,5 litres par jour (voire un peu moins selon apports de fruits); des tisanes, du thé vert, etc…
Bien entendu, le moins possible de grignotage entre les repas, d’alcools (apéritifs, digestifs, bières, ), de tabac, de café, de produits fumés, cuits au barbecue ou caramélisés; de charcuteries, abats et extraits de viandes ; de sucres ordinaires et aliments sucrés.

Au plan diététique
Il est tout à fait conseillé de pratiquer régulièrement de petites diètes (une journée de monodiète hebdomadaire par exemple et des cures saisonnières : consommation d’un aliment unique, en «quantités libres mais raisonnables»).
En saison chaude, un soir par semaine au minimum, voire 24 heures/semaine : Pêches, mangues, cerises, raisin, pommes, figues fraîches, papayes, jus de légumes crus et frais.
En saison froide :
Bananes, pommes cuites, soupe de légumes, riz mi-complet, quinoa, millet, patates douces, potimarron …

Compléments alimentaires ou pas ?
Les causes de carences ou sub-carences sont nombreuses aujourd’hui. Citons par exemple l’épuisement des sols, les aliments raffinés, les modes de cuissons excessives ou maladroites, les cueillettes effectuées avant maturité, la consommation d’aliments en conserves ou stérilisés par ionisation gamma. S’ajoutent à ces causes d’autres facteurs à connaître, tels que alcool, tabac, abus de régimes amincissants, de sudation, les pollutions, l’acidification chronique des tissus par une alimentation trop riche en agrumes, sauce tomate, vinaigre, café, viande, sucres, sodas…) les oxydations liées aux abus d’ensoleillement, d’U.V., à l’ozone, à la radioactivité…) et… le stress !

Même en s’alimentant de bons produits et même en respectant régulièrement les règles simples d’une hygiène nutritionnelle naturopathique (hypotoxique, variée, vivante, individualisée, etc), on peut donc affirmer que les seuls facteurs de stress et les innombrables pollutions brûlent de 5 à 12 fois plus de catalyseurs que ce que peut apporter l’assiette !

Alors, quels compléments alimentaires choisir ?
Avant d’investir dans telles ou telles gélules, choisir ceux se rapprochant le plus de l’aliment proprement dit : Pollen frais (Percie du Sert) , eau de mer (Quinton), algues marines, K-Philus (laitage d’exception, pré et pro-biotique), algues d’eau douce (Spiruline, Klamath, Chlorella), lait de Jument et Koumis (Jum’Vital), gelée royale, jus de légumes et de plantes sauvages…
Régulièrement consommés, ces «alicaments» éviteraient bien des maladies, comme sources de nutriments de haute qualité, tout à fait bio-disponibles et exceptionnellement revitalisants !

Ainsi, une telle hygiène nutritionnelle et diététique assure, dans le cadre des cures naturopathiques, un mieux être indiscutable, rapidement objectivé par un regain de forme, de vitalité, et une optimisation de toutes les fonctions physiologiques mais aussi psychologiques.
Bel appétit à toutes et à tous !

Notes :
1 – Pollénergie, La Grabère, 47490 St. Hilaire de Lussignan / 05 53 68 11 11
2 – Distribué par Naturwaren 11 rue du Chêne, 67150 Nordhouse / 03 88 59 89 60 / www.naturwaren.fr
3 – K-Philus, Institut National d’Agronomie, 78850 Thivernal-Grignon / 01 47 99 37 21

Daniel Kieffer
Directeur du CENATHO (Collège Européen de Naturopathie Traditionnelle Holistique) http://cenatho.free.fr
Président de la FENAHMAN (Fédération Française de Naturopathie) http://fenahman.org
Directeur de publication du journal O.N.S. (Objectif : Notre Santé) https://objectif-notre-sante.org

Parmis les Ouvrages de l’Auteur
La Naturopathie au quotidien, Ed° Jouvence
Encyclopédie de revitalisation, Ed° Grancher

Pour en savoir plus :
CENATHO (Collège Européen de Naturopathie Traditionnelle Holistique) http://cenatho.fr
FENAHMAN (Fédération Française de Naturopathie) http://fenahman.eu
OMNES (Organisation de la Médecine Naturelle et de l’Éducation Sanitaire) http://www.omnes.fr

Pin It on Pinterest

Share This